La boîte à lectures!

Surtout des livres et des lectures, mais tout plein d'autres choses aussi!

27 octobre 2008

La Porte des enfers - Laurent Gaudé

couverture_la_porte_des_enfersGaudé, Laurent, La Porte des enfers, Actes Sud, 2008, 266p.

4ème de couverture: Au lendemain d'une fusillade à Naples, Matteo voit s'effondrer toute raison d'être. Son petit garçon est mort. Sa femme, Giuliana, disparaît. Lui-même s'enfonce dans la solitude et, nuit après nuit, à bord de son taxi vide, parcourt sans raison les rues de la ville. Mais, un soir, il laisse monter en voiture une cliente étrange qui, pour paiement de sa course, lui offre à boire dans un minuscule café. Matteo y fera la connaissance du patron, Garibaldo, de l'impénitent curé don Mazerotti, et surtout du professeur Provolone, personnage haut en couleur, aussi érudit que sulfureux, qui tient d'étranges discours sur la réalité des Enfers.
Et qui prétend qu'on peut y descendre. Ceux qui meurent emmènent dans l'Au-Delà un peu de notre vie, et nous désespérons de la recouvrer, tant pour eux-mêmes que pour apaiser notre douleur. C'est dans la conscience de tous les deuils - les siens, les nôtres - que Laurent Gaudé oppose à la mort un des mythes les plus forts de l'histoire de l'humanité. Solaire et ténébreux, captivant et haletant, son nouveau roman nous emporte dans un "voyage" où le temps et le destin sont détournés par la volonté d'arracher un être au néant.

coups_de_coeur_2

Mon opinion: Encore une fois, le roman de Laurent Gaudé est un gros coup de coeur pour moi.  Dans ce nouveau roman, l'auteur nous livre sa conception de la mort et du deuil et interroge cette problématique de manière particulière. Grâce à une plume toujours aussi fine et belle, l'auteur embarque son lecteur dans un parcours initiatique à la rencontre de la mort. Gaudé nous dévoile alors son imaginaire autour des Enfers et nous dresse des personnages émouvants, complexes. Le deuil et la mort ne sont pas traités avec sensiblerie et la manière dont Gaudé traite cette problématique de la souffrance, de la perte peut entrer en résonance avec chaque lecteur.

Encore une fois Gaudé livre un roman passionnant, bien écrit qui pousse le lecteur à s'interroger sur cette question qui touche le commun des mortels. 

Les avis de Lael, Amanda, Laurent, Papillon, et bien d'autres...

Posté par mimienco à 18:01 - Littérature francophone - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,

Petites boîtes

    Intéressant comme thématique, on dirait une sorte d'Orphée descendant aux Enfers !
    Il faudrait que je lise ça!

    Posté par sybilline, 27 octobre 2008 à 22:41
  • Celui-ci il me le faut, ça fait un petit moment qu'il me tente et j'espère qu'il sera bientôt dispo à la biblio !!

    Posté par Florinette, 29 octobre 2008 à 11:23
  • J'espérais pouvoir le lire sous peu mais ma PAL déborde. Argh!!!

    Posté par Flo, 30 octobre 2008 à 14:48
  • Ce roman est un coup de coeur pour de nombreux bloggeurs... mais je ne peux me résoudre à le lire malgré ces concerts de louanges.

    Posté par Aliénor, 31 octobre 2008 à 11:59
  • J'avais presque décidé de ne pas le lire... après ton billet, du coup, je ne sais plus...

    Posté par Karine :), 02 novembre 2008 à 22:29
  • j'ai beaucoup aimé aussi!!! tu as bien fait de te le prendre!!!!!

    Posté par lael, 03 novembre 2008 à 12:38
  • Il est dans ma biblio tournante et j'ai hâte de le lire, malgré les critiques qui sont assez diverses, pour une fois pour un roman de Gaudé. Mais j'ai adoré tous ses livres jusqu'à présent, pas de raison donc que je sois déçue...

    Posté par liliba, 12 novembre 2008 à 21:16
  • On m'a prêté ce livre donc il est actuellement dans ma PAL mais il faut que je le lise vite pour le rendre à la personne et j'espère l'apprécier autant que toi

    Posté par hamnessa, 02 décembre 2008 à 17:22
  • Ca y est, enfin lu ! Billet à paraître prochainement...

    Posté par liliba, 06 janvier 2009 à 11:08
  • J'ai bien aimé mais cette lecture ne m'a pas marqué plus que ça. Même constat pour Eldorado et Dans la nuit Mozambique, de bonnes lectures, mais sans plus. Gaudé a une jolie plume mais il lui manque peut-être un petit quelque chose pour que ses romans soient vraiment marquants. A trop travailler le style, on finit par (presque) négliger l'histoire!

    Posté par Nicolas, 21 décembre 2009 à 22:21

Poster une petite boîte