La boîte à lectures!

Surtout des livres et des lectures, mais tout plein d'autres choses aussi!

12 juillet 2008

Elle s'appelait Sarah - T. de Rosnay

couverture_elle_s_appelait_sarahDe Rosnay, Tatiana, Elle s'appelait Sarah, Le livre de Poche, 2008, 403p. Traduit par Agnès Michaux.

4ème de couverture: Paris, juillet 1942 : Sarah, une fillette de dix ans qui porte l'étoile jaune, est arrêtée avec ses parents par la police française, au milieu de la nuit.
Paniquée, elle met son petit frère à l'abri en lui promettant de revenir le libérer dès que possible. Paris, mai 2002 : Julia Jarmond, une journaliste américaine mariée à un Français, doit couvrir la commémoration de la rafle du Vél d'Hiv. Soixante ans après, son chemin va croiser celui de Sarah, et sa vie changer à jamais. Elle s'appelait Sarah, c'est l'histoire de deux familles que lie un terrible secret, c'est aussi l'évocation d'une des pages les plus sombres de l'Occupation.
Un roman bouleversant sur la culpabilité et le devoir de mémoire, qui connaît un succès international, avec des traductions dans vingt pays.

coups_de_coeur_2

Que dire de ce roman tant lu et critiqué par la blogosphère?!?!? Eh bien que moi aussi j'ai été complètement emportée par cette histoire tellement émouvante, dure et humaine à la fois.
Tout au long du roman, j'ai ressenti le besoin irrémédiable de savoir ce qui était arrivé à Sarah, si elle était toujours envie. Ce besoin de crier que l'on est désolé, indigné, que l'on ne comprend toujours pas ces atrocités et que l'on oubliera jamais ce sombre épisode de l'histoire de France.

A de nombreuses reprises, je me suis reconnue dans la narratrice, dans les sentiments d'incompréhension, de tristesse dans lequel on plonge quand on entreprend des recherches, une étude sur cette période. On est envahi par le souvenir de ces familles, leur douleur et ce désarroi, cette culpabilité qui nous pénètrent devant tant d'horreur, d'abominations .

Pour conclure, vous l'aurez compris, c'est un gros coup de coeur pour ce livre qui m'a touchée particulièrement et qui est un formidable roman sur le devoir de mémoire mais aussi et surtout sur le devoir d'histoire.

A lire vraiment!!!

Les nombreux avis de Laure, Lily, Clarabel, Tamara, Florinette, Pom', et bien d'autres...

Franco-britannique, Tatiana de Rosnay a écrit Elle s'appelait Sarah, son neuvième roman, pour la première fois dans sa langue maternelle.

Le blog du roman: http://ellesappelaitsarah.over-blog.com


Petites boîtes

    J'ai également été très émue par ce livre avec le besoin de savoir ce qui était arrivé à cette petite fille et de connaître la femme qu'elle était devenue. Vraiment à lire !

    Posté par Lau(renceV), 13 juillet 2008 à 21:24
  • J'ai beaucoup aimé cette histoire que j'ai lu il n'y a pas longtemps. C'est vraiment triste et déchirant...

    Posté par hamnessa, 13 juillet 2008 à 22:50
  • Ce livre est certainement le chef d'oeuvre de cette auteur. Magnifiquement construit et très émouvant, il nous offre une page d'histoire trop souvent oubliée...

    Posté par sybilline, 16 juillet 2008 à 23:22
  • Je suis restée un peu sur ma faim, j'aurai aimé en savoir plus sur Sarah une fois partie aux USA,(et moins sur la journaliste) mais j'ai aussi bcp apprécié cette histoire terriblement déchirante

    Posté par Flo, 17 juillet 2008 à 22:50
  • Je me demande encore qui n'a pas aimé ce livre...

    Je découvre ton blog, très sympathique, nous avons des lectures en commun , je t'ajoute dans mes liens!

    Posté par Fleur, 26 juillet 2008 à 19:33
  • @ Fleur: merci Fleur pour le lien, je vais de ce pas faire un tour sur ton blog!

    Posté par Mimienco, 29 juillet 2008 à 12:36
  • Je vais enfin le lire, car il est dans ma tournante de bouquins de cette année !

    Posté par liliba, 25 septembre 2008 à 17:23
  • C'est drôle, je ne trouve pas qu'il soit si critiqué dans la blogosphère, je ne l'ai pratiquement que des critiques positives. Cela dit, s'il a été critiqué, c'est pour certaines raisons. ce qui m'a un peu choqué dans ce roman, c'est l'égocentrisme de la narratrice et sa tendance à pleurer sur son propre sort. Ce qui m'a semblé ne pas coller avec le sujet principal (?) du roman, la rafle du Vel d'Hiv. Dommage, carla partie qui se déroule en 1942 est, elle, impeccable.

    Posté par Nicolas, 24 juin 2009 à 12:54

Poster une petite boîte