La boîte à lectures!

Surtout des livres et des lectures, mais tout plein d'autres choses aussi!

01 mai 2008

Le joueur d'échec - Stefan Zweig

couverture_le_joueur_d__checZweig, Stefan, Le joueur d'échec, Le Livre de Poche, Paris, 2001, 95p.

Cette nouvelle est parue à titre posthume à Stockholm en 1943 (Stefan Zweig s'étant suicidé avec sa femme en 1942), dans le pays où son éditeur, Bermann  Fischer, s'était exilé. Puis toujours dans la même ville en 1945.
Le texte français paraît en 1944 chez Delachaux et Niestlé et est repris en 1981 aux Éditions Stock.

Résumé: "Qui est cet inconnu capable d'en remontrer au grand Czentovic, le champion mondial des échecs, véritable prodige aussi fruste qu'antipathique ? Peut-on croire, comme il l'affirme, qu'il n'a pas joué depuis plus de vingt ans ? Voilà un mystère que les passagers oisifs de ce paquebot de luxe aimeraient bien percer. Le narrateur y parviendra.
Les circonstances dans lesquelles l'inconnu a acquis cette science sont terribles. Elles nous reportent aux expérimentations nazies sur les effets de l'isolement absolu, lorsque, aux frontières de la folie, entre deux interrogatoires, le cerveau humain parvient à déployer ses facultés les plus étranges. Une fable inquiétante, fantastique, qui, comme le dit le personnage avec une ironie douloureuse, " pourrait servir d'illustration à la charmante époque où nous vivons ".

Mon opinion: bien. Cette nouvelle est la dernière nouvelle qu'a écrite Stefan Zweig. Dans un récit à la structure enchâssée, le lecteur découvre la vie et la personnalité d'un premier personnage (le champion d'échec) qui nous semble être le personnage principal avant de s'attarder sur le véritable protagoniste de l'histoire, l'inconnu qui défie le champion. On plonge alors longuement dans ses souvenirs pendant la guerre, à l'époque où il a été torturé par la Gestapo d'une bien étrange façon. Puis on perçoit le lien entre les deux histoires, une fois que le thème principal de l'intrigue (une partie d'échec) est réinvesti. Dans un style élégant et maîtrisé, Stefan Zweig aborde les mystères de l'âme humaine à travers deux individus. Créant un suspense qui tient le lecteur dès les premières pages, l'auteur nous offre le portrait de deux personnages, diamétralement opposés, et qui renferment chacun une grande part de mystère, que le narrateur tente de percer!
Une nouvelle qui se lit d'un trait de manière agréable!

Posté par mimienco à 17:14 - Nouvelles - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

Petites boîtes

    oui je l'ai lu en terminale Littéraire, j'ai beaucoup aimé!

    Posté par lael, 04 mai 2008 à 17:33
  • J'ai lu ce livre en 2007 et j'ai beaucoup aimé

    Posté par anjelica, 06 mai 2008 à 07:06
  • Ce petit livre magistral est un grand classique que j'ai A DO RE !

    Posté par sybilline, 12 mai 2008 à 14:12
  • Ce livre a été pour moi un coup de coeur! J'ai beaucoup beaucoup aimé et j'ai le goût de lire d'autres Zweig depuis!

    Posté par Karine, 15 mai 2008 à 14:36
  • Lu il y a très longtemps au lycée et je me rappelle avoir aimé

    Posté par hamnessa, 19 mai 2008 à 22:43
  • je n'ai pas compris cette nouvelle pouvez vous m'en dire plus car elle ne m'inspire pas du tout et ce livre je l'ai lu car j'en étais obligé . je n'ai pas aimé cette nouvelle !!!

    Posté par maily, 05 octobre 2008 à 15:14

Poster une petite boîte